Projets d'aménagements

Franqueville-Saint-Pierre, à l'instar de toute collectivité territoriale, a vocation à se développer pour conserver et améliorer les services à sa population : écoles, commerces, équipements culturels et sportifs notamment. C'est pourquoi les élus ont la volonté de maîtriser l'urbanisme et l'essor démographique afin de maintenir la qualité de vie, attrait indéniable de notre commune. Tout comme un particulier, une collectivité recherche en permanence l'équilibre entre ce qu'elle souhaiterait et les moyens dont elle dispose. La volonté de ne pas hypothéquer l'avenir par un endettement déraisonnable est permanente.

Le Centre Aquatique

Au sein de l’Amicale des Maires du Plateau Est de Rouen qui comprend les 15 communes de l’ancien Canton de Boos, 9 communes ont décidé de créer une Entente Intercommunale afin de réaliser un Centre aquatique tant attendu sur le Plateau Est. Elles se sont solidarisées par la signature de 2 conventions votées par les 9 Conseils municipaux.

Ces 8 communes sont AMFREVILLE- LA-MIVOIE, BELBEUF, BOOS, FRANQUEVILLE-SAINT-PIERRE, LE MESNIL-ESNARD, MESNIL-RAOUL, MONTMAIN, YMARE et QUEVREVILLE LA POTERIE. Pour respecter certaines contraintes législatives, l’Entente Intercommunale a délégué à la Commune de Belbeuf la Maîtrise d’ouvrage de l’opération. Toutefois celle-ci ne peut rien décider sans l’accord unanime des 8 communes.

Un concours de Maîtrise d’œuvre a été lancé. 

Le 8 janvier 2019 le Jury a retenu 3 Groupements d’architecture appelés à concourir. 

Le 25 avril 2019, le Jury s’est à nouveau réuni et a retenu le projet présenté par le Cabinet d’architecture COSTE, le Cabinet SOGETI Ingénierie de Rouen pour l’ordonnancement, le pilotage, BET TCE (fluide, thermique, électricité, OPC), le Cabinet KUBE de Rouen (structure, VRD), le Cabinet VIVIE acoustique, l’Atelier Silva LANSCAPING pour le traitement paysager.

Les concepteurs lors de « leur déambulation impromptue » dans le paysage voisin ont retenu « les courbes sinueuses de la Seine, la prestance fabuleuse des falaises de Saint-Adrien ». « Ces rencontres ont signé alors le fil rouge de leur discours architectural ».

Calendrier : 
 - consultation des entreprises fin juillet 2020
 - pose de la 1ère pierre octobre 2020

Au rez-de-chaussée : l’accueil, les services administratifs, les vestiaires et douches pour individuels et pour les groupes (entrée séparée), un grand bassin de 6 couloirs sur 25 mètres de long, un bassin d’apprentissage de 270 m², un bassin d’apprentissage pour jeunes enfants (70m²), un toboggan multipistes.

 

A l’étage (relié par escalier et ascenseur) : remise en forme sèche et humide avec sauna, hammam, jacuzzi, salle de gymnastique, de fitness, bassin d’activités de 120m² (aquagym et aquabyke), solarium.

A l’extérieur : possibilité ultérieure d’agrandissement avec plage et possibilité de bassin extérieur, parking 100 voitures, autocars, véhicules PMR.

La structure représente une superficie de 3 467m².

Le fonctionnement

Le fonctionnement est prévu selon une utilisation évaluée raisonnablement, devrait représenter environ un montant équivalent au remboursement des emprunts. La gestion est prévue en Délégation de Service Public (DSP). Au total : la prévision de charges qui devra être fiscalisée dans le cadre d’un Syndicat Intercommunal, en substitution de l’Entente Intercommunale, devrait représenter environ 21 euros par habitant et par an. Il est certain que si de nouvelles communes du Plateau veulent adhérer à l’Entente Intercommunale les conditions pourront être étudiées par les communes membres.

L'investissement

Le projet est engagé sur un coût global de 12 millions d’euros tout compris.

L’Etat s’est engagé sur 1 million d’euros.

La Région Normandie subventionne pour 1.5 million d’euros.

Le Département de la Seine-Maritime apporte 1 million d’euros.

La Métropole-Rouen-Normandie contribue à hauteur de 2 millions d’euros.

L’Agence du Sport devrait apporter 0.6 million d’euros.

L’ADEME n’a pas encore précisé sa participation.

Soit plus de 50% de financements extérieurs.

Le calendrier

Le dossier de permis de construire devrait être déposé en juillet 2019.

L’appel d’offres devrait être lancé en janvier 2020 après obtention du Permis de construire.

Le résultat définitif de la consultation des entreprises devrait intervenir en juin 2020.

La première pierre pourra être posée en septembre 2020.

L’ouverture au public est envisageable aux beaux jours de 2022.

Zone d’Aménagement Concerté (ZAC) Le Val aux Daims

Ce projet majeur pour la Commune a vocation à poursuivre l’évolution urbaine de notre territoire dans un rythme maîtrisé et dans un schéma d’ensemble harmonieux.

Par délibération en date du 18 décembre 2014, le Conseil municipal de la commune de Franqueville-Saint-Pierre a clôturé la concertation préalable à la création de la Zone d’Aménagement Concerté Le Val aux Daims ainsi que la mise à disposition du dossier d’étude d’impact, et en a dressé les bilans. 
Par délibération du même jour, le Conseil municipal a approuvé la création de la Zone d’Aménagement Concerté Le Val aux Daims. 

Le Conseil municipal a délibéré et décidé de demander à Madame la Préfète de mettre à enquête publique le projet de réalisation de la Zone d’Aménagement Concerté du «Val aux Daims» pour en déclarer l’utilité publique et mettre en conformité le Plan Local d’Urbanisme de la Commune.

Pourquoi la ZAC du Val aux Daims ?
Pour permettre une extension de notre territoire urbanisable sur le seul secteur de la Commune en compatibilité avec le SCOT  (Schéma de Cohérence territoriale) de la Métropole Rouen – Normandie en vue de poursuivre progressivement l’urbanisme. Le SCOT préconise même que les terrains le long des lignes de transports en commun (ligne F5) tel le «Val aux Daims» «disposent de marges d’intensification urbaine par la construction de logements...» pour :

  • Accueillir les jeunes qui veulent bâtir et s’installer sur la Commune en proposant des terrains alors que dans les limites du bourg actuel très peu sont disponibles. La croissance démographique est la condition sine qua none du maintien des classes dans nos écoles. 
  • Répondre aux obligations de construction de logements sociaux imposées par la Loi SRU réalisées dans le cadre d’un contrat de mixité sociale.
  • Maîtriser l’urbanisme avec un plan d’ensemble progressif et harmonieux sur 18 ans.
  • Offrir une desserte à proximité par les transports en commun, suivant les préconisations du SCOT (ligne F5).
  • Procurer de nouveaux moyens financiers au budget communal grâce aux nouvelles taxes foncières et d’habitat.
  • Apporter à la Commune des participations financières de l’aménageur pour aider à la réalisation des équipements indispensables pour la vie associative sportive et culturelle.